2017-2018 1ère session

L’enfance.
Spontanément, la plupart d’entre nous faisons rimer ce mot avec innocence.
Les élèves parlent de nostalgie, évoquant cette période si proche avec tendresse. Et ont donc logiquement écrit des textes où prédomine le champ lexical du bonheur. Textes touchants, peut-être naïfs diront certains.
Mais l’enfance, c’est aussi rimer hélas avec souffrance. Trop d’enfants de part le monde sont victimes de la guerre, du travail forcé, de la violence.
Alors les textes se font graves. Et engagés.
Un large corpus de textes littéraires, politiques ou philosophiques, des documents iconographiques ont permis aux élèves de puiser l’inspiration afin de s’engager dans la rédaction de poèmes : Guy de Maupassant, Colette, Jean-Paul Sartre, Emmanuel Kant…mais aussi Bernard Lavilliers, Daniel Pennac, et tant d’autres…
Je remercie tous mes élèves d’avoir accepté cette prise de risque qu’est l’acte d’écriture.
Ils ont ainsi prouvé que le décrochage n’est pas une fatalité. Croyons en leur énergie, en leur créativité.
Sylvie Lalanne, coordinatrice de la classe de l’Haÿ-les-Roses
Sous-pages (1) : 2017-2018 2ème session
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:39
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:39
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:39
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:39
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:39
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:40
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:40
Ċ
sylvie lalanne,
13 déc. 2017 à 01:40
Comments